Re: Migration des bécasses 2018 / 2019

bonjour, première journée sur le plateau du retord à 800m d'altitude avec environ 1 km de sapinées en pente coté ouest le long d'une combe herbeuse.
de nombreux indices de grands gibier frais: pieds de cerfs, bauges et pieds de sangliers, pieds de chevreuils dans la boue le long des flaques créées par les ornières des engins forestiers.
La setter a vite retrouvé son petit galop de chasse dans les pentes même si elle revenait fréquemment repasser vers moi, pour la première fois sur ce secteur, elle est encore a la fois un peu curieuse et inquiéte.
Après deux heures à quêter le bois dans son milieu, j'ai décidé de revenir en longeant les prés de la combe et de bien faire la lisière.
Sous un petit groupe de sapins en limite du clair, plus de sonnaille, je m'approche et la chienne est bien bloquée, couchée a surveiller la pente devant elle.
Mais pas d'oiseau, elle était repartie et nous ne l'avons pas retrouvée de ce coté.
Après recherche, nous étions passé à 50m au dessus dans l'autre sens et je pense que c'est à ce moment qu'elle s'était déplacée, d'où cette place chaude.
De plus, l'autre coté de la combe a 30m est au soleil avec de grands sapins qui laissent entrer le soleil sous les arbres, par ce matin frisqué 3° , elle a du traverser chez le voisin pour se réchauffer tout en vermillant dans un sol humide et facile à gratter au vue de toutes les grattées des sangliers.
Mais content de ce premier contact, avec l'excitation caractéristique de la chienne a tourner autour de la place chaude pour reprendre un contact, je suis certain qu'il y a bien un oiseau sur le secteur et je serais là la semaine prochaine pour essayer cette fois de la voir.
bon week end a tous
jean pierre


Sujet écrit par jeanpierre01 le vendredi 5 octobre 2018 à 08:18

[ Imprimer ] - [ Fermer la fenêtre ]